Groupes et laboratoires

À l’École, dix groupes et laboratoires contribuent à la réflexion critique. Les orientations de la recherche se développent au rythme de l’évolution des disciplines du design tant à l’échelle nord-américaine que mondiale.

Axes de recherche en design d'intérieur

En design d’intérieur, deux unités – le Groupe de recherche en aménagement et design (GRAD) et le Groupe de recherche en illumination et design (GRID) –  explorent des champs de recherche d’une grande variété :

  • la pédagogie en design d’intérieur ;
  • la couleur et la lumière ;
  • les environnements de travail ;
  • la psychologie environnementale ;
  • les questions philosophiques, éthiques, épistémologiques, phénoménologiques et anthropologiques en design ;
  • la consommation ;
  • les sciences du bâtiment appliquées au design d’intérieur ;
  • le développement durable ;
  • les nouvelles technologies.

Axes de recherche en design industriel

En design industriel, les groupes et laboratoires articulent leurs recherches autour de trois axes principaux : design et société, technologies et expérience, et écoconception. 

Design et société

La remise en question d’une « société de consommation » et la mise de l’avant des principes du développement durable forcent une révision radicale des objets du design dit « industriels » pour faire une place plus grande aux besoins des individus et des sociétés. Une approche plus « sociale » du design identifie tout d’abord des champs d’intervention au sein de la société pour définir les problématiques et, ultérieurement, les actions à entreprendre pour leur prise en considération. Le design de services constitue un des créneaux porteurs de cette nouvelle approche en design. Les professeurs identifiés à cet axe sont Philippe Gauthier, Christophe Abrassart et Anne Marchand. Le Groupe Design & Société (GDS) ainsi que le Groupe Design et Cultures Matérielles (DCM) sont identifiés à cet axe de recherche.

Technologies et expérience

Les technologies de la communication et de l’information transforment nos façons de faire, de créer, de travailler, de vivre. Les recherches dans ce domaine s’intéressent d’une part au développement de nouvelles applications pour simplifier les processus, augmenter leur efficacité ou encore donner de nouveaux moyens d’action sur le monde et, d’autre part, à l’expérience des technologies et à leur impact sur le mode de vie, sur l’identité et sur les règles de socialisation. Les recherches en technologie et expérience portent notamment sur des systèmes de projection immersive et d’interaction au sein d’environnements virtuels ou de réalité augmentée, sur des systèmes de téléprésence, de téléopération, de télévisite, sur des systèmes d’aide à la création et à la décision et sur des environnements de jeux vidéo. Ils portent également sur les environnements dits « intelligents » destinés soit aux personnes en perte d’autonomie, soit à des contextes spécifiques en milieu de travail. Les professeurs identifiés à cet axe sont Tomás Dorta, Tiiu Poldma, Luc Courchesne, Philippe Lalande, Louis-Martin Guay, Tatjana Leblanc, Marie-Josèphe Vallée et Mithra Zahedi. Le Laboratoire Art&D, l’Hybridlab, le Formlab et le GRAD sont associés à l’axe de recherche « technologie et expérience ».

Écoconception

Les exigences du développement durable ont donné force et pertinence à une approche écologique du design. L’éco-design pratiqué à l’École de design industriel s’appuie sur les techniques d’analyse du cycle de vie (from craddle to craddle) pour définir les nouvelles pratiques du design industriel et les types de produits et de systèmes qui sont désormais jugés viables en regard des normes de plus en plus strictes imposées par les marchés et les gouvernements. Les professeurs associés à cet axe de recherche sont Christophe Abrassart, Pierre De Coninck, Sylvain Plouffe, Denyse Roy et Anne Marchand. Le Laboratoire éco-design - CIRODD, le laboratoire de métatextile et le Groupe design et cultures matérielles (DCM) sont associés à cet axe.

Groupes et laboratoires

Formlab

La recherche du Formlab porte sur les applications de la modélisation physique en design. Elle traite des problématiques spécifiquement liées à la mise en œuvre des technologies d’impression 3D et de fabrication automatisée dans le processus de design. Ce domaine est composé d’un large éventail de technologies informatiques, certaines disponibles dans le commerce, d’autres en développement ou à l’état expérimental. Les recherches du Formlab explorent diverses applications de ces techniques en design industriel et tentent de définir de nouveaux modèles d’intervention qui sont désormais possibles.

Les nouvelles technologies de fabrication automatisée affectent la discipline de diverses façons. Elles permettent la détection précoce d’erreurs et l’accélération des cycles itératifs de conception. Par ailleurs, leur accessibilité grandissante ouvre la porte à de nouveaux modèles de production de plus en plus décentralisés. Ceux-ci ont le potentiel de redéfinir le rôle du designer comme « agent de satisfaction » représentant les intérêts du consommateur auprès des instances de production. La variété des exigences posées par les usagers pris individuellement ou en petits groupes, fera du designer un modérateur cherchant à concilier les désirs exprimés par les consommateurs avec les réalités techniques, économiques, écologiques et sociales en constante évolution.

Le Formlab a été inauguré le 23 mars 2005 au sein de la Faculté de l’aménagement. Grâce, entre autres, à une contribution généreuse de la Fondation J.-A. Bombardier, le Formlab a soutenu plusieurs initiatives de recherche et s’est lié avec d’autres partenaires, notamment avec l’Université Concordia et l’Université du Québec à Montréal. Ces partenariats, favorisés par l’intégration du Formlab à Hexagram (Institut de recherche et création en arts médiatiques), ont permis d’obtenir de nombreux financements, d’explorer l’avenir de la profession du design industriel et d’acquérir une notoriété internationale pour la qualité de ses recherches.

Chercheur
Phlippe Lalande, responsable
www.formlab.umontreal.ca

Axes de recherche : technologie et expérience, écoconception

Groupe design ∩ société (GDS)

Le axes de recherche que les membres du Groupe design ∩ société s'emploient à explorer émergent de l'intersection entre les problématiques du design et les problématiques sociales. Les travaux du groupe visent ainsi deux grands objectifs disciplinaires :

  • fonder la pertinence de l'apport du design, tant comme expertise, discipline de recherche, ou comme objet d'enquête, dans un ensemble de champs problématiques (santé publique, planification urbaine, sécurité, développement économique et politique, consommation, etc.) ; 
  • mettre en lumière la pluralité des formes d'agir que recouvrent les nombreuses façons de pratiquer le design (design conseil, design humanitaire, arts appliqués, design participatif, invention, entrepreneuriat industriel, etc.) tant au plan moral, éthique, déontologique, que pragmatique.

Directeurs de recherche 
Philippe Gauthier
Christophe Abrassart

Axe de recherche : design et société

www.gds.umontreal.ca

Groupe design et cultures matérielles (DCM)

Affilié au laboratoire écodesign – CIRODD et à l’Université du Québec à Chicoutimi, le groupe Design et cultures matérielles (DCM) conduit des projets de recherche et de création qui visent l’émancipation culturelle et socioéconomique des communautés autochtones du Québec.

Au sein du groupe DCM, la création est utilisée comme un levier de développement durable qui permet la valorisation du patrimoine culturel et des savoir-faire ancestraux par l’innovation et la conception de nouveaux produits (objets, espaces, produits de diffusion). Les activités de recherche-action, menées en étroite collaboration avec les communautés et définies en fonction de leurs objectifs et besoins, constituent des lieux privilégiés d’échange.

Le groupe s’intéresse notamment:

  • au design et à l’innovation comme moyens de réinterprétation et de réappropriation de la culture ;
  • à la création de produits identitaires contemporains locaux destinés aux marchés de la consommation culturelle (considérée comme nouvelle manifestation de consommation responsable) ;
  • au transfert de connaissances entre les aînés et les jeunes pour favoriser la pérennité et le renouvellement des techniques artisanales traditionnelles.

Chercheur 
Anne Marchand, responsable

Axes de recherche : design et société, écoconception

Groupe de recherche en aménagement et design (GRAD)

Le GRAD se spécialise dans la recherche sur les nouvelles pratiques de design de produits et de services, le processus créatif, la pensée transdisciplinaire, et les approches collaboratives et innovantes. La mission du groupe est :

  • d’étudier l’impact du progrès technologique sur le design ;
  • d’explorer les projets qui utilisent des approches collaboratives interdisciplinaires et d’étudier le(s) rôle(s) du designer dans ces projets ;
  • d’identifier les nouveaux enjeux de design qui englobent la perception et la signification ;
  • de se pencher sur l’interaction et l’expérience d’usage dans des approches de design axées sur l’humain et le contexte d’usage.

Chercheurs 
Tatjana Leblanc
Marie-Josèphe Vallée
Mithra Zahedi

www.grad.umontreal.ca

Groupe de recherche en illumination et design (GRID)

Le GRID, en collaboration avec son Laboratoire FORME – COULEUR – LUMIERE, a pour mission de promouvoir l’étude des relations complexes entre les formes, les couleurs et la lumière dans divers environnements intérieurs et extérieurs. Il soutient aussi la recherche et le développement dans le domaine du design des espaces intérieurs et des produits d’éclairage pour de multiples usages et applications.

Avec son Laboratoire FORME – COULEUR – LUMIERE, lieu de recherche transdisciplinaire soulevant des problématiques à la fois pratiques et théoriques, le GRID vise à :

  • comprendre les relations entre les formes, les couleurs, l’éclairage et le bien-être humain ;
  • mettre au service des praticiens les développements scientifiques, artistiques et technologiques ayant rapport à la lumière, à l’éclairage, aux couleurs et aux formes ;
  • développer des stratégies visant à maximiser l’efficacité énergétique et à promouvoir les approches durables, tel que l’écodesign ;
  • comprendre et développer les technologies d’éclairage dynamiques et complexes ;
  • développer des stratégies de design répondant aux besoins de divers groupes de la population, notamment les aînés.

Chercheur
Tiiu Poldma

www.grid.umontreal.ca

Hybridlab

Hybridlab, dont le nom réfère à la combinaison recherche et design – le design à travers la recherche et la recherche à travers le design – s’intéresse à la conception de nouvelles technologies, interactions et interfaces qui allient les capacités numériques et analogiques. Ses principaux axes de recherche sont :

  • les outils numériques d’aide à la conception dans les disciplines de l’aménagement, en particulier la modélisation 3D, la visualisation, la réalité virtuelle, la réalité augmentée et le prototypage rapide ;
  • la mise sur pied de nouvelles techniques novatrices, nouvelles interfaces, interactions et outils de conception et leur intégration en design, tout en amplifiant les outils numériques avec les avantages des outils analogiques ;
  • le processus de conception et de codesign, plus particulièrement au cours de ses premières étapes, lors de l’idéation ou du design conceptuel ;
  • le design collaboratif colocalisé et à distance ;
  • les interfaces homme-machine dans le contexte des télécommunications ;
  • les méthodologies novatrices pour l'évaluation de l'activité de conception : le Design Flow et les Conversations de design ;
  • l’expérience des usagers et son implication dans les nouvelles technologies et l’interaction.

Directeur
Tomás Dorta, Ph.D.

Assistants 
Gokce Kinayoglu, Ph.D. (UC Berkeley), stagiaire postdoctoral
Anne-Marie Hébert, Ph.D. (Paris Tech), stagiaire postdoctoral
Annemarie Lesage, candidate au doctorat
Ignacio Calvo, étudiant de 2e cycle en design industriel
Sophie Martin-Poulin, designer industriel

Collaborateurs
J.M. Christian Bastien (Université de Lorraine)
Pierre Leclercq (Université de Liège)
Carmelo Di Bartolo (Design Innovation, Milan)
Stéphanie Stéphanie Cardoso (Université Bordeaux 3 - Montaigne)
Stéphane Safin (Université Paris 8)
Pierre Côté (Université Laval)

Axe de recherche : technologie et expérience

www.hybridlab.umontreal.ca

Laboratoire écodesign - CIRODD

Le laboratoire écodesign, créé en 2001,  se consacre à l’étude et au développement d’outils et stratégies de conception permettant de prévenir et de minimiser les impacts environnementaux des produits et services. Le Laboratoire est associé au CIRODD (Centre interdisciplinaire de recherche en opérationnalisation du développement durable). La mission du CIRODD est de réaliser, coordonner, intégrer et transférer les recherches en opérationnalisation du développement durable dans l'objectif ultime de faciliter l'émergence d'une économie verte. Il vise ainsi à assurer un environnement de recherche synergique pour les chercheurs de disciplines variées qui désirent réaliser des recherches en interdisciplinarité dans le but de produire des connaissances et outils favorisant une transition vers l'économie verte.  

Les principaux axes de recherche du Laboratoire sont: 

  • les relations entre le regard systémique de l'analyse de cycle de vie (ACV), l'innovation et le processus de développement de produit ;
  • les retombées économiques de l'écoconception ;
  • les déterminants de la consommation responsable et les perceptions, attentes et critiques des consommateurs face aux écoproduits ;
  • le développement d'outils communicationnels de la performance environnementale tels que les déclarations environnementales et les écolabels. 

Chercheurs
Anne Marchand, responsable
Christophe Abrassart
Pierre De Coninck
Sylvain Plouffe
Denyse Roy

www.cirodd.org

Axe de recherche : écoconception

Laboratoire métatextile

Pour améliorer, par le design industriel, l’expérience de l’espace « corporéal », le laboratoire métatextile est un lieu de réflexion et d’expérimentation sur les applications techniques des matériaux textiles. La recherche, systématiquement transférée dans l’enseignement, y produit des contenus de propriété intellectuelle sous forme de rapports, maquettes, prototypes testables et demandes de brevets.

Le laboratoire construit une approche systémique qui vise l’intégration, au sein du projet, de la triade des données humaines (physiologie, psychologie, société), des technologies (matériaux, assemblages, entretien, recyclage) et des données contextuelles (environnement, milieux, temporalités, usages). En lien avec les grandes questions du design contemporain, les projets du laboratoire métatextile découlent des observations relatives à quatre enjeux contemporains : 

  • le vieillissement des populations occidentales ;
  • l’interculturalisme résultant des migrations ;
  • le déplacement de la production ;
  • les enjeux environnementaux dans une perspective de pensée « analyse de cycle de vie » (ACV). 

Ces projets s’adressent à des usagers des secteurs du monde médical, de la protection dans les sports et les milieux travail, ainsi que des usagers ayant des besoins spéciaux ou se trouvant dans des situations de détresse.

Comme exemples de projets de recherche, nommons notamment deux projets protégés : le concept de jaquette d’hôpital DUOS et un produit interculturel ReSport. D’autres projets, tels VÊT-FORM et FEUTRES-ARCHI visent la transformation avec valeur ajoutée de l’unique gisement local de matériaux textiles au Québec. ÉcoCol, pour sa part, développe une stratégie de diminution des impacts environnementaux dans le domaine du vêtement.

Les objectifs du laboratoire ont été établis suite aux activités de la filière textile de Recyc-Québec et se relient aux recherches du CIRODD. Les projets spécifiques sont accompagnés par des manufacturiers et font appel à des consultations professionnelles d’organismes comme la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ) et la Croix-Rouge canadienne.

Chercheur 
Denyse Roy, responsable

Axes de recherche : écoconception, technologie et expérience

Lab Ville prospective

Le Lab Ville prospective explore des voies différentes de concevoir et fabriquer la ville de demain. Inspirée par l’urbanisme participatif, le design social et les savoirs de l’innovation, l’équipe de recherche se donne pour objectif de concevoir et d’expérimenter des méthodes et des connaissances rigoureuses et novatrices sur l’action de coproduire collectivement les devenirs de la ville.

Le programme de recherche se décline en deux axes :

  1. L'instrumentation de la prospective urbaine et de la conception innovante en urbanisme (dispositifs, outils et méthodes) : méthode des scénarios territorialisés, co-design prospectif, transfert des méthodes C-K (Hatchuel et Weil, 2002) et KCP en urbanisme, synergies entre design et urbanisme (usages créatifs et nouveaux styles de vie), enjeux éthiques, cartographie de controverses urbaines, prospective et design critique.
  1. Le récit, matrice de l'action collective urbaine : généalogie critique de la mise en récit de l'action urbaine (planification, projet, fiction prospective), singularité et performativité des fictions prospectives, langages prospectifs de la ville (« les mots et les cartes »), figuration par le récit des échelles et des temps urbains (réversibilité-irréversibilité, polyrythmie).

Les thématiques abordées : de façon générale, les nouveaux objets de l’action collective urbaine et les mythes rationnels façonnant la ville de demain : la ville circulaire (ville et économie circulaire), la transition énergétique et la ville post-carbone, la smart-city, la ville comme écosystème de savoirs et ses (tiers)-lieux (universités, musées, bibliothèques, maisons de la culture, places, cafés et parcs… au XXIe siècle), la ville comme écosystème entrepreneurial (collectifs d’innovation métropolitaine, économie de partage , espaces de travail collaboratifs…).

Chercheurs 
Christophe Abrassart
Franck Scherrer

labvilleprospective.org

Métalab - SAT

Le Métalab s'intéresse aux technologies de l'information et de la communication comme médiums de création et comme composantes essentielles d’un nouveau cadre de vie. On y développe des méthodes, systèmes et dispositifs permettant la création et la diffusion de contenus interactifs et immersifs appliqués à la visualisation, à la simulation, ainsi qu’aux applications en téléprésence, en téléopération et en télévisite. On s’intéresse également à l’impact de ces dispositifs sur les modèles contemporains de création et de diffusion ainsi que sur l’humain dans le rapport à soi, à l’autre, à l’espace et au temps. Les principaux projets de recherche en cours sont :

  • Panoscope 360° – dispositif de projection immersive monocanale ;
  • Propulse [ART] – technologies de mise en réseau d’espaces performatifs ;
  • Nouveaux terrains d’apparition – téléprésence immersive et postures hypermodernes.

Chercheur principal et directeur du laboratoire 
Luc Courchesne

Collaborateurs 
René Barsalo
Brian Massumi
Philippe Dubé 
Gideon May

Axe de recherche : technologie et expérience