Passer au contenu

/ École de design

Je donne

Rechercher

Marie-Josèphe Vallée

Vcard

Professeure agrégée

Faculté de l'aménagement - École de design

marie-josephe.vallee@umontreal.ca

Courriels

Télécopieur : 514 343-5694

Travail 1 : 514 975-0710

Diplome
1978 , Aménagement, Arts visuels et médiatiques , École des Beaux-arts de Lille (France)

Baccalauréat (architecture)
1985 , Aménagement , Université de Montréal (Canada)

Maîtrise (histoire et théorie)
2003 , Aménagement , Université de Montréal (Canada)

Biographie

Marie-Josèphe Vallée est professeure à l’École de design industriel depuis 2009. Elle enseigne au programme de baccalauréat en design d’intérieur. Sa formation - à la fois en art, en architecture et en design - a dirigé sa carrière autant dans le domaine de l’art, de la pratique de l’architecture et du design d’intérieur.

Après une formation à l’école des beaux-arts de Lille, avec une spécialisation en architecture, elle travaille dans des bureaux de design et acquiert une expérience dans le design résidentiel. Elle  effectue le suivi des projets résidentiels, allant de la conception à la réalisation incluant la supervision de chantier. Après avoir suivi des études en design de l’environnement, elle obtient son baccalauréat en architecture en 1985 de l’université de Montréal  et collabore, comme architecte, en France à la conception d’immeubles d’habitations et de maisons individuelles situées dans un secteur patrimonial de Marcq-en-Barœul. À Montréal, elle a été assistante à la conception des projets de Pierre Granche, sculpteur. Période où elle travailla la place de l’art dans l’architecture et le design à travers les projets du 1%.

Elle complète en 2003, une maîtrise en architecture à l’université de Montréal. Son mémoire s’intitule «Abstraction et figuration dans l'œuvre de Rem Koolhaas».

Depuis 1990, sa pratique artistique s’est manifestée à travers de nombreuses expositions, installations et performances, en France, en Italie, en Belgique, en Espagne, en Hollande, en Roumanie, en Chine, en Uruguay, au Mexique, au Venezuela et au Canada. Elle s’intéresse à l’interstice entre l’art, le design et la culture.

Lire plus…

Affiliations

Programmes d’enseignement

  • Baccalauréat en design d'intérieur – Aménagement

Cours donnés

  • DEI1012 Forme et couleur
  • DEI1019 Atelier 2 en design d'intérieur
  • DEI3040 Atelier thématique avancé

Expertises

Les intérêts de recherche de Marie-Josèphe Vallée s’inscrivent à l’intérieur de la théorie de l’art, du design et de l’architecture et de la lecture de notre culture contemporaine. Elle explore la perte de la spécificité d’un genre artistique par rapport à un autre : la peinture se nourrit de musique, la sculpture tend vers l’architecture, l’œuvre perd sa grille spécifique d’évaluations. Le projet rentre dans sa pleine "qualité" contemporaine de foisonnement formel, esthétique et conceptuel.

Elle s’intéresse particulièrement au domaine des théories esthétiques appliquées au design d’intérieur.

Encadrement Tout déplier Tout replier

S'approprier son chez-soi dans une résidence privée pour aînés au Québec : le point de vue des résidents Thèses et mémoires dirigés / 2020 - 2020
Diplômé(e) : Goyer, Geneviève
Cycle : Maîtrise
Diplôme obtenu : M. Sc. A.
Jouer dehors : un retour vers les espaces urbains Thèses et mémoires dirigés / 2018 - 2018
Diplômé(e) : De Souza Ligabue, Renata
Cycle : Maîtrise
Diplôme obtenu : M. Sc. A.
L’environnement intérieur et l’autisme : un Centre de jour pour adultes Thèses et mémoires dirigés / 2016 - 2016
Diplômé(e) : Blais, Irini
Cycle : Maîtrise
Diplôme obtenu : M. Sc. A.

Projets de recherche Tout déplier Tout replier

Regard sur la rue Mill Projet de recherche au Canada / 2012 - 2014

Chercheur principal : Marie-Josèphe Vallée

Le projet se localise sur le territoire de la rue Mill à Montréal. L'intention consiste à révéler la fragmentation, l’échelle et la sonorité du lieu à travers une installation présentée sous forme de documents vidéos et de prises sonores « in situ ».

Le projet fait ressortir la lecture du lieu, son ambiance, ses caractéristiques et contrastes à travers son cadre bâti, ses convoyeurs et autres objets aériens mais aussi sa sonorité et ses particularités atmosphériques. L’œuvre met de l’avant une zone industrielle dans une nouvelle réalité, entre spatialité, historicité et sonorité.


 

Installation Ciné-torsion, un autre regard sur la condition humaine Projet de recherche au Canada / 2009 - 2009

Chercheur principal : Marie-Josèphe Vallée

L’installation, intitulée Ciné-torsion, a été présentée à la biennale de Florence en 2009. Cette recherche puise son énergie dans l’histoire de la photographie en détournant des images vers une autre dimension spatiale et sociale.

Étienne-Jules Marey (1830-1904) et Eadweard Muybridge (1830-1904) ont développé un système de photographies séquentielles du mouvement ou encore chronophotographie. Ils réalisèrent une succession d’images à intervalle régulier décomposant le mouvement des sujets photographiés.

L’artiste s’est appropriée les chronophotographies de Muybridge dans The human figure in motion (1887) pour concevoir l’installation en apportant une relecture contemporaine à ces documents. La technique a consisté à transférer les images agrandies (1.65m) sur des tulles blancs, généralement utilisés pour confectionner les voiles de mariée. Le coureur photographié de Muybridge change de support passant d’un cadre rigide et fixe à un cadre souple et vaporeux. Les codes issus de la chronophotographie se retrouvent inversés. Le cliché séparé de sa série est privé d’une progression dans l’espace-temps et par le procédé de répétition sur le tulle, la silhouette semble se perdre à l’infini. L’œuvre repose maintenant dans un no man’s land qui insiste sur l’absurdité des tentatives d’échappée. Le dispositif, une fois complété, occupe un volume de 45 m3 pouvant être observé aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur.

Ce qui fait l’intérêt des clichés de Muybridge c’est leurs qualités scientifiques. Décomposer le mouvement devient une réalité enregistrée par l’objectif photographique. L’homme qui court pour Muybridge n’a pas de but, hormis celui de faire avancer la science. Cette recherche réinterprète cette réalité en la détournant de son intention de départ. Elle établit des rapports de force entre le modèle photographique initial et les images transférées sur voilage, le document scientifique dialoguant ainsi avec une nouvelle réalité. Une fois le coureur intégré au tissu, son attitude est figée, gelée dans la fuite, dans le mouvement; parce que l’homme est ainsi exposé, l’observateur est invité à porter un autre regard sur la condition humaine.

Récipiendaire, dans la catégorie Installation, du prix Lorenzo Il Magnifico.

Plus d’information : catalogue de l’exposition, Biennale internazionale dell’arte contemporanea, settima edizione 2009 , avec texte de présentation et photo de l’œuvre

Plus d’information à travers les sites suivants :

www.florencebiennale.org

www.mariejosephevallee.qc.ca

Histoire nocturne : Au Pied-Du-Courant, lire la ville Projet de recherche au Canada / 2007 - 2007

Chercheur principal : Marie-Josèphe Vallée

Ce projet constitue une première étape d’une recherche se rapportant au paysage montréalais. D’ouest en est de la ville, sites et édifices industriels comme le Nordelec, le Redpath, les silos, rues, façades, détails, traces et empreintes ont été photographiés…La ville est envisagée comme une succession de lieux distincts. La présence physique des objets et édifices y est explorée.

HISTOIRE NOCTURNE : AU PIED-DU-COURANT est une série de tableaux mettant en relief sous une forme concrète des figures évocatrices.

La station de pompage Craig fut construite en 1887, par les architectes Perrault et Mesnard, pour contrôler les débordements des eaux. Elle pompait les eaux des rues Craig et Saint-Jacques, de Saint-Henri jusqu’à la rue De Lorimier et ne fonctionnait que de décembre à avril. Ce bâtiment était un symbole important, il représentait le contrôle de l’homme sur le fleuve. Les activités de la station cessèrent complètement à la fin des années 1950. Elle se tient au pied du pont Jacques-Cartier, au lieu dit au pied-du-courant. Le flot de circulation des voitures ainsi que les axes de communication aux abords de la station Craig ont remplacé le courant du St-Laurent. La station s’isole et s’éloigne du fleuve.

Le pignon de la station se dresse au centre des axes routiers d’un lieu urbain oublié. À travers les traces laissées par le temps sur la façade vieillies, la présence subtile d’un coucher de lune sur l’eau a été révélée. Le fleuve réapparaît sur la façade. La recherche explore le lieu et restitue un autre temps où l’eau, le pont et l’édifice se conjuguent poétiquement. Elle cherche à rendre présentes les significations invisibles.

Plus d’informations:

Article dans le journal Voir: HOCHEREAU, Alain, « Sous le pont », Voir, vol. 21, no 40, 4 octobre 2007

Sites web d’informations : Maison de l’Architecture/Galerie Monopoli /kollectif.wordpress.com /www.mariejosephevallee.qc.ca

Affiches, dans le cadre de conférences scientifiques : Poster de l’exposition Histoire Nocturne au Pied du Courant produit et publié par la galerie d’architecture Monopoli

Publications Tout déplier Tout replier

Recherches et réalisations

Projet d’intégration pédagogique (2006-2007)
Répertoire d’œuvres en art actuel : un outil transdisciplinaire pour le design 
Préparé par :Marie-Suzanne Desilets, Yan Breuleu, Itai Azerad, Caroline Gagnon et Marie-Josèphe Vallée. En collaboration avec Denise Roy, professeure responsable 
École de design industriel, Faculté de l’aménagement.

Projet d’intégration pédagogique (2005-2006)
Concertation des enseignements du dessin en vue d'harmoniser  les contenus des quatre cours de dessin du programme de baccalauréat en design d'intérieur et de coordonner leurs objectifs et moyens pédagogiques. Préparé par : Line Castonguay, Éric Shareck et Marie-Josèphe Vallée. En collaboration avec Jean Therrien, professeur adjoint. Programme de design d’intérieur, École de design industriel, Faculté de l’aménagement.

Projet de recherche et création (2003-2007)
Histoire nocturne au Pied-du-Courant, présenté par Marie-Josèphe Vallée, subventionné par le Conseil des arts et des lettres du Québec.

Mémoire de maîtrise (2002)
Abstraction, Figuration dans le projet contemporain, mémoire (M.Sc.), directrice de recherche, Iréna Latek, Université de Montréal.

Fonds FCAR (1985-1986)
Assistante de recherche
Projet interuniversitaire « le système d’Architecture Urbaine au Québec »
Université de Montréal, professeur responsable Alan Knight et Université Laval, Luc Noppen.

Communications Tout déplier Tout replier

Expositions solo

Galerie Monopoli, Montréal, 2007, «Histoire Nocturne au Pied-du-Courant», projet de recherche subventionné par le conseil des arts et lettres du Québec.

Université de Caracas (Venezuela), 2005, «Villes Nocturnes»,  projet de recherche subventionné par le conseil des arts et lettres du Québec.

Le Medley, Montréal, 2004, «Installation pour la Journée Internationale de la Femme»
40 représentations à travers la province du Québec, incluant le Spectrum et le théâtre St-Denis à Montréal, 2003, Scénographie pour les productions du Grand Rire.

Le Medley, Montréal, 2003, Performance pour la Journée Internationale de la Femme.
Chapelle Historique du Bon Pasteur, Montréal, 2000, «Variations et Mesures», exposition-installation, subventionnée avec articles.

Galerie 131, Montréal, 1999, «Constructions Naturelles», exposition.

Espace 524, Montréal, 1998, «Constructions Naturelles», exposition avec catalogue et articles.

Galerie Yves Lefebvre, Montréal,1996, «Histoires Naturelles 2», exposition avec catalogue

Galerie de l’Atelier Circulaire, Montréal, 1993, «Histoires Naturelles 1», exposition.

Expositions collectives

Biennale de Florence, 2009, 7e édition en art contemporain, exposition subventionnée avec catalogue, collaboration à l’éclairage Tiiu Poldma.

Le Medley, Montréal, 2008, Journée Internationale de la Femme.

Biennale de Montréal, 2004, Exposition.

Galerie Monopoli et Le Belgo, Montréal, 2003, «Place Publique»

Centre Canadien d’Architecture, Montréal, 2002, «Prises de vues», œuvre faisant partie intégrante de l’installation de l’atelier Braq au sein de l’exposition «Laboratoires», exposition avec catalogue.

Galerie d’Art Contemporain, Montréal, 2000, «Festival des Arts», exposition.

Maison de la culture Rosemont-Petite Patrie, Montréal, 1999, «Défi 2000», exposition collective subventionnée avec catalogue.

Galerie Cyclamen, Montréal, 1998, exposition collective.

Centre des Arts Visuels, St-Jean-sur-Richelieu, 1996, exposition collective.

Sala de Arte Publico Siqueiros, Mexico (Mexique), 1993, exposition collective avec catalogue.

Galerie de l’UQAM, Montréal, 1993, Échange interculturel, exposition collective.

Pavillon des Arts de Ste-Adèle, 1993, «10e anniversaire de l’Atelier Circulaire», exposition collective avec catalogue.

Galerie des Trois Points, Montréal, 1993, «Aperçu de la gravure au Québec» exposition collective.

Galerie Kénia, Val David, 1992, exposition collective.

Galerie de l’Atelier Circulaire, Montréal, 1991, «Exposition collective».

Galerie de l’UQAM, Montréal, 1990, «Art et enseignement», exposition collective avec Pierre Granche.

Informations supplémentaires

Consultez cette fiche sur :